Rentrer en France: historique de l’échec.

Comment te dire…

Bon je suis actuellement dans l’impossibilité la plus totale de te faire un résumé de ma dernière journée à NYC et crois-moi, c’est totalement contre ma volonté. En effet, j’ai pris l’avion, il y a maintenant presque 24h (j’ai quasiment toujours pas dormi) et je suis bien arrivé en France. Jusque là, normal.

C’est avant que ça a été le bordel. Bah oui, tout se passait bien jusque là, tout avait merveilleusement fonctionné et puis il a fallu que l’avion foute sa merde. On a commencé par avoir 30 minutes de retard à New York (ce qui réduisait déjà le temps de mon escale à Dublin d’une demi heure), arriver à Dublin et constater le drame.

Cet aéroport est le plus mal foutu du monde en n’entier de tous les aéroports dans lesquels j’ai pu mettre les pieds (tu noteras la syntaxe luminescente de cette phrase). T’arrives dans un truc où tout est fait en bois peint dégueulasse (Berlin Est 70’s effect garanti), les gens sont aimables comme des portes de prison et tout est tout-tout-tout petit (cf. l’étroitesse des couloirs qui mènent aux correspondances larges de même pas deux mètres pour faire passer TOUS les voyageurs en correspondance de l’aéroport). Inutile de te dire qu’à 1h du mat’ heure de NYC, se faire monter dessus par une bande de hollandais assoiffés et voulant rentrer chez eux ne s’approche pas vraiment de ta conception du transit tranquille. La grosse blague aussi, c’est que tu dois re-subir TOUS les contrôles que t’as déjà subi à NYC (donc tu comprends pas trop bien, parce qu’en principe, t’as pas eu trop le temps ni le matos pour construire une bombe artisanale dans le NYC-Dublin d’avant, je pense). Après tout ça, on te donne ton numéro de porte pour ton prochain vol et là tu t’aperçois qu’il faut juste que tu te tapes tout l’aéroport dans le sens de la longueur pour aller choper ton avion, et que t’as environ 12 minutes pour le faire. Autant te dire qu’à 1h du mat’ après 7h de vol, la motiv’ pour courir, tu l’as moyen quoi… Tu réussis à avoir ton vol sans trop de problèmes, t’as juste perdu un poumon dans la bataille, mais t’es OK. Tu fais ton vol, tu dors deux minutes (les deux dernières du vol) et tu te réveilles avec la bonne grosse tronche de merde des grands jours. Tu sors, et tu pars chercher tes bagages.

Après 30 minutes de retard à New York et une escale ultra-foireuse de 30 minutes à Dublin, j’ai enfin foutu le pied sur la terre de mes ancêtres. J’ai eu la joie d’être accueilli par Thomas, responsable des bagages du Terminal de CDG de son état, qui m’a gentiment annoncé que les incapables de Dublin n’avaient pas été foutu de faire suivre ma valise depuis l’avion de NYC et que, en gros, je la reverrais pas avant 3 jours. Tu imagines ma joie intense de savoir que je n’ai ni brosse à dents, ni chargeur d’ordinateur (BORDEL), ni 6 mois de fringues, ni costume, ni cravates, ni paires de shoes et qu’à ce moment précis, j’ai envie de tuer. Je remplis la déclaration d’oubli, on me dit qu’on va me livrer ma valise le plus tôt possible. Reprendage de mon calme. Court mais intense.

Et là, je décide d’aller prendre un café et un croissant au bar du Terminal histoire de me pauser un peu. (Attention deuxième coup de gueule:   ) Ô toi, vendeur de café du terminal 1, CA T’ARRACHERAIT LA GUEULE DE FAIRE UN SOURIRE ET DE REPONDRE QUAND ON TE DIT BONJOUR? Surtout si c’est pour me faire raquer 5 euros le kawa et le pain au chocolat (re-BORDEL). Comment t’explique que les gens qui font ton taf à NYC et à Montréal n’aient pas une tronche de drone, eux?

Et sinon, au gros connard père de famille à qui j’ai demandé si je pouvais lui emprunter son portable pour passer un coup de fil de 20 secondes (j’ai pas encore de ligne française) et qui m’a pondu un cordial et chaleureux « Va te faire foutre » – sache juste que si j’avais pas été raide mort, je t’en aurais bien collé une.

Et vive la France, hein.

Eyué.

Publicités

15 réponses à “Rentrer en France: historique de l’échec.

  1. Allez, je te souhaite un bon retour sur le sol de la mère patrie au nom de tous mes compatriotes luminescents (ce qui inclut l’Ossau Iraty, Jean Fauque, le vélib’ et l’inspecteur Clouzeau)

  2. Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire de mettre un truc aussi vital que son chargeur d’ordi en soute ? Mais tu as 12 ans Henri ou quoi ??? Je suis pas content là. Du tout. Bienvenue en France.

    • Ouai, je sais pas, je fais jamais ce genre de conneurie. M’ait pas venu à l’idée une seule seconde qu’il y aurait déconnade aéroportuaire. J’ai perdu le sens des réalités en Québéquie. Ca craint sa race.

      Sinon, je suis quand même hyper fier d’avoir rien oublié quoi.

  3. Ouais, la neige c’est chiant, il fait tellement froid qu’il fait « frette », Montréal c’est sale, on est même probablement rustique…

    Mais je pense…
    Qu’il y a de quoi ici…
    Et qu’on est loin d’être les pires (sauf si on vient de Joliette)
    Tout cas, moi j’échangerais mon pays le Québec pour rien au monde!

  4. Welcome home !

    Tu t’es fait grimper par des hollandais ???? Et ça va mieux ?

    Pour New-York, tu confirmes tout ce que j’en ai entendu car je n’y suis hélas encore pas allée. C’est magique, plein d’énergie et les amerlocains sont super chaleureux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s