Métro, schizo, dodo.

Oui, alors en fait non.

J’ai l’habitude de prendre le métro hein. Souvent. J’en ai pris quelques-uns différents à Montréal, à Paris, à Toulouse, à New York. Et puis y’a eu Bruxelles. Et là. Comment te dire?

Y’a eu comme une énorme désillusion. Tu sais le métro, c’est le truc que tu prends pour aller au boulot, rentrer du boulot, aller faire les courses, rentrer des courses. C’est le truc dans lequel tu passes quand même un gros brin de temps, au final. Donc on peut pas dire que ce soit hyper excitant à la base (enfin remarque… j’aime bien, en fait).

Mais à Bruxelles, je te jure c’est un autre problème.

Déjà, t’as l’impression que le métro, il veut pas de toi. Ou alors que le mec qu’a foutu les couleurs dedans, il a habité un peu trop longtemps en 1962. C’est simple. Tout est orange. Mais alors quand je te dis orange, c’est Casimir quoi. Sans les pois. Faut pas pousser la frite dans le gras quand même.

Remarque c’est comme ça qu’on fait ici. Passons.

Après le métro belge, il a aussi ses artistes. Je t’explique. Sur ma ligne, y’en a deux. T’as l’impression qu’ils ont monté une espèce de syndicat ou de confrérie démoniaque dont le seul but est de codifier une nouvelle une forme d’art musical. Par nouvelle forme d’art musical, j’entends:

  • un mec qui joue de l’accordéon en hurlant de sorte que tu ne perçoives pas une seconde l’utilité de l’accordéon (l’utilité de l’accordéon… ce groupe de mot est très très étrange…), accompagné de sa femme qui joue des maracas d’une façon que t’as l’impression qu’Yvette Horner et la tante Mildred de Manu Chao ont décidé de monter un groupe;
  • ou encore un type qui joue de la gimbarde sans gimbarde mais avec un ticket de métro, en sautant sur place et en claquant des doigts. Je te jure, Burton habiterait en Belgie, il en ferait un film et on trouverait tous ça génial.

Le problème, c’est que là, il est 9h du mat’, t’es levé depuis une heure, la seule voix humaine que t’as entendu pour l’instant, c’est celle de la météo qui te dit qu’il va pleuvoir (comme les 170 000 jours d’avant, en fait) et que la perspective de consulter tes mails au boulot est à peu près aussi réjouissante que celle d’un rencard avec Églantine . Donc déjà, toi je sais pas, mais moi, le matin, j’ai un capital sympathie en carton et je suis pas franchement bon public à la base non plus. Donc par principe, le type qui te hurle à la gueule à 9h du mat’ pour te demander de la monnaie que t’as pas, ça m’énerve.

C’est con, parce que ça m’est arrivé de tomber sur des trucs plutôt hyper géniaux dans le métro. Je me souviens d’un arrêt à Glacière à Paris, une gamine de 16/17 ans qui monte dans le métro, avec son violon. Je me souviens d’un quartet dans le métro à Montréal, un violoncelle devant lequel je me suis arrêté pas loin de dix minutes à 22h. Je me souviens d’un type à Harlem dans le métro de NYC, qui avait une guitare et un violoniste avec lui et qui ont repris cette chanson de Moby qui me fout les tripes par terre à chaque fois.

Mistake (Acoustic Version) by thelittleidiot

C’est aussi pour ça que j’aime bien le métro, en fait. Parce que j’ai de la musique calée en permanence dans les oreilles et que ce que j’écoute prends plus ou moins forme en face de moi. Le métro, c’est l’endroit où les gens sont en transit. C’est l’endroit où tout le monde se transforme en machine à bosser, c’est l’endroit où on se dit que la journée va être longue. C’est l’endroit où les gens changent de vie. C’est là où chacun débrief sa journée, finit de s’énerver sur une merde du boulot avant de rentrer à la maison. C’est l’endroit où l’on met et on enlève nos déguisements. Le métro, c’est une espèce de sas entre deux vies. Une espèce de schizophrénie ordinaire.

J’aime bien les schizophrénies ordinaires.

Publicités

28 réponses à “Métro, schizo, dodo.

    • Indeed. A part pour la gUimbarde. A propos, Henri, sais-tu que des gens peuvent faire des trucs dingues avec une guimbarde ? Le meilleur morceau d’électro que j’aie jamais entendu, c’est Arthur H. à la Cigale, tout seul à la guimbarde pendant 15 minutes. Et la salle qui se transforme en dancefloor déchaîné. Un truc de grand dingue. Y a un aperçu sur Piano Solo (dernier track) mais ça rend moins bien qu’en vrai. Arthur c’est un fou de guimbardes, il en a plein, venues de plein de pays, et il fait des trucs fous avec.

      • Quand Arthur est arrivé tout seul avec sa guimbarde, il s’est fait huer. Il a commencé à jouer, les huées sont tombées. Et progressivement, le public est entré dans une transe de plus en plus hallucinante, digne de la meilleure des minimales.

  1. Alors comment te dire…
    J’ai rigolé hyper fort quand tu causes de tes musiciens chelous, j’ai über kiffé le morceau que t’as publié, et il encore une fois super bien calé avec ce que tu racontes. Tellement que dès que je l’ai lancé et que j’ai fini de lire, je me suis retrouvé dans ta tête, en transit permanent et en train de m’extasier sur des musiciens de rue.
    Donc je me dois de te dire : Carton Plein sur le coup là mon luminescent ami.

  2. « Je te jure, Burton habiterait en Belgie, il en ferait un film et on trouverait tous ça génial. » Putain, excellent!
    Tu vois, j’étais d’une humeur merdique ce matin, bah ça va mieux, là. Merci, poto.
    Soit dit en passant, c’était pas gagné d’avance, je hais le métro. C’est un peu ma plus grosse phobie, ça et perdre la vue. Maintenant c’est sûr: j’irai pas prendre le métro chez toi parce que je m’aperçois avec horreur que les belgiens ont alliés les deux.

  3. Moi j’aime bien le métro.
    (gros mouhahahaha inside).
    En touriste.
    Une ou deux fois par an.
    C’est exotique.
    Mais j’avoue que celui de Bruxelles est…différent.
    Comme eux.

    Sinon, je plussoie Diego grav e, Arthur H fait des trucs de malaaaaade!

  4. J’aime beaucoup ! Mais le métro, j’en ai pas chez moi !
    Mais, j’ai pour les mêmes raisons, une affection particulières pour les stations-service, surtout au milieu de la nuit, ambiance « After Hours »…
    Le routier qui sort de la douche en caleçon, le père de famille qui va faire pisser ses gamins endormis, la nana qui a le visage bouffi de larmes, parce qu’elle a largué sont mec, et que le seul endroit où elle peut aller, c’est chez sa mère, à 800 bornes de là…
    Vies croisées, douleurs cachées…

    (voir « J’ai toujours rêvé d’être un gangster »)

  5. A lire, l’excellent « Je joue du violon dans le métro » pour les Nuls. Ah? On m’indique que la version roumaine n’a pas encore été traduite en Français. Ceci explique cela.

    • Non, ils sont trop occupé à éditer la version « Je pique des portefeuilles sans me faire choper » pour les Nuls.

      Peuvent pas tout faire.

  6. Ah, oui, c’est quelque chose le métro bruxellois. Avec ces trois lignes, on a l’impression qu’ils ont fait un essai, comme un brouillon, puis qu’ils se sont dit que tout compte fait le tram puisqu’il était là c’était plus simple.

    Bon, j’avoue que je n’ai plus pris le métro Bruxellois depuis ma préhistoire mais ça ne semble pas avoir trop changé.

  7. l’autre jour, j’ai vu dans le métro un mec qui racontait des blagues entre chaque chanson.
    c’était mormidable.

  8. au fait, très joli billet, j’apprécie également ces « schizophrénies ordinaires » et autres tragédies minuscules (http://www.youtube.com/watch?v=JICYyYquMPQ)

    Ça me rappelle aussi qu’avec mon ex, il y a quelques années, on avait fait une sorte de faux-docu sur le métro de Barcelone et ses phénomènes mystérieux (tout cela mis à lumière de la théorie des trous noirs afin de chercher une explication à la disparition du batteur de Led Zeppelin).
    Avec le colloc italien dans le rôle de l’expert en métrologie. Un grand moment de cinoche.

  9. Ouh. C’est quelle station, celle-là ?
    La pire artisticovisuellement parlant, à mon avis, c’est Hankar, que j’évite soigneusement.

    Bon, j’en profite pour saluer tes tribulations en Belgie, Henri !

    • Bienvenue ici toi !
      Artistiquement parlant, une pas mal dégueu c’est Botanique… sinon y’a Beekaant. Mais là je sais pas si y’a une vraie volonté artistique.

      • Ah oui Botanique en effet. Beekant je ne m’y suis jamais arrêtée, mais je penserai à regarder, si ça se produit.

  10. Pingback: Ecouteurs en croix «·

  11. Pingback: La poésie du métro v.2.0 « Route de nuit…·

  12. Comment j’ai ri. (mais moi, j’aime bien le métro en général. J’adore la station Cormontaigne à Lille et pourtant c’est celle qui craint le plus, j’ai jamais pesté sur la ligne 13 à Paris, et le métro belge, je pense que c’est celui que je préfère même s’il est uber pourri du cul)

  13. Pingback: Ecouteurs en croix – Auprès de ma selle·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s