10 heures et 33 boîtes de cookies plus tard.

Heureusement, tu ne peux pas me voir. Je gis actuellement tel le hamster anémié devant la télé, pas encore tellement trop bien remis de la journée d’hier, rapport à la journée de l’Europe où on tenait un stand avec le boulot (levé 6h, rentré minuit et demi, 10h debout dans le vent, je te fais pas de dessin).

Nous, pour attirer le chalan, on avait dévalisé tous les points de vente de cookies de Bruxelles, parce que – comment dire – c’est moins galère d’entamer une conversation sur le lobbyisme citoyen si on peut causer un brin gastronomie, avant. Et puis qu’en terme de petits-objets-gratuits-pour-les-enfants-à-donner-pour-attirer-scandaleusement-les-parents, on était un peu limité pour cause de fournisseurs escrocs qui voulaient pas travailler. On avait aussi prévu une citerne de jus de pomme (parce que c’était coton de faire une dégustation champagne/cognac/triple-sec – sinon on se serait pas posé la question).

Néanmoins, grâce à nos cookies de la mort, on a vu plus de 300 personnes dans la journée. Parmi ces 300 personnes, on a eu de tout hein, t’inquiète. J’ai donc décidé de te faire une petite typologie des individus qui fréquentent ce genre d’évènement, entre rigolage et franche consternation…

  • Le jeune parent

Le jeune parent se fait vraiment chier le samedi après-midi, il a déjà emmené les enfants au zoo le week-end dernier, il ne peut pas y retourner, il est donc dans l’impasse. Le jeune parent a vu les publicités sur internet et dans les journaux durant toute la semaine, il a donc saisi l’opportunité de profiter de cette occasion en or qui occupera certainement toute l’après-midi, et qui aura pour vocation d’exténuer suffisamment les gosses pour que lui puisse regarder les Experts tranquille avec Bobonne dans le canapé. Le jeune parent n’en a rien à foutre de l’Union Européenne, il sait même pas vraiment ce que c’est, il sait juste que c’est vraiment génial parce qu’il pourra se la péter pendant au moins une semaine à la sortie de l’école, en se vantant auprès d’ autres indignes parents de « donner à ses enfants l’occasion de comprendre le monde qui les entoure ».

  • Le lobbyiste illuminé

Le lobbyiste illuminé est une créature particulière. Il se différencie des autres lobbyistes (qui sont des individus équilibrés et intéressants) selon différents archétypes. Le lobbyiste illuminé est toujours très sympa. Au début. Super friendly, il est là pour faire du networking. Le lobbyiste illuminé a toujours à peu près 16 cartes de visites différentes dans chacune de ses poches, toutes à son effigie. Il est souriant, te demande comment tu vas, veut bien remplir absolument tous les sondages que tu lui proposes, parce qu’il ne doit surtout pas te froisser. À première vue, il est vraiment trop sympa. Et puis peu à peu, le lobbyiste illuminé te parle de lui. Il a monté son ONG voilà 5 ans, persuadé d’avoir mis la main sur un concept susceptible de bouleverser l’ordre du monde (genre la production d’énergie éolienne dans l’océan Pacifique par 3000 mètres de fond), mais voilà, personne ne veut le financer. Le lobbyiste illuminé devient rapidement chiant, parce qu’il essaie perpétuellement de te convaincre que le problème vient de toi ou « des gens comme toi ». Tu ne sauras pas pourquoi, lui sait pas non plus. T’inquiète. Il te tient la jambe pendant une demi-heure jusqu’à partir de lui-même quand il comprend enfin que tu ne l’écoutes plus depuis la 13ème minute.

  • Le goodies-hunter

C’est, en bon anglais, un « chasseur d’objet promotionnel ». Durant ce genre d’évènement, les exposants prévoient un maximum d’objets différents à donner gratuitement aux gens qui ont l’extrême sympathie de venir visiter leur stand. On parle de sac en tissus, de casquettes, de petits bouquins, de brochures, de clés USB, de T-shirts. Le chasseur, lui, scrute d’abord dans le journal et sur l’Internet les évènements auquel il pourrait participer, pour récupérer un maximum d’objets à l’utilité diverse, de type : cadeau de Noël prochain, mug de petit déj (parce que le chasseur a pété son mug dédicacé par Elisabeth Tessier à la dernière foire internationale de l’astrologie à Melun et qu’ il le vit très mal), T-shirt/pyjama à l’effigie d’un lugubre Parti d’extrême droite (le chasseur s’en fout, il ne comprend pas), sac en tissu écolo pour aller faire son beautiful people dimanche prochain (quand il ira faire des courses chez Naturalia). Le chasseur prend 5 gâteaux en même temps (la peur de manquer) en regardant le sol, il ne veut surtout pas croiser ton regard, parce qu’il ne veut surtout pas que tu penses que c’est un pique-assiette. Sache que le chasseur est multi-générationnel et qu’il peut donc frapper  aussi bien sous les traits de Maryse, 78 ans que de Brandon, 8 ans.

  • Le sage

Le sage est un être humain complexe au passé riche et obscur. Le sage a plus de 75 ans. Il arpente les stands de l’évènement tel Jacques Chirac au salon de l’agriculture. Le sage est persuadé que tu l’as visuellement identifié et que tu connais son CV par coeur. Le sage vient donc te saluer en utilisant souvent le groupe de mot suivant: « Je ne me présente pas, j’ai travaillé avec votre directeur, vous savez qui je suis ». (EUH BEN NON, JUSTEMENT). Le sage est en fait, dans la majeure partie des cas, une personne qui a exercé ton métier dans les années 70, ou qui a travaillé au sein des institutions européennes pendant plus de 20 ans et qui vit pas trop trop bien sa retraite. Le sage attire le respect parce qu’il s’exprime en 6 langues différentes au sein d’une même phrase, avec un grand sourire plein de dents (ou pas). Le sage est un personnage très intéressant parce qu’il sait. Tout. Mais il est un peu fatiguant, parce qu’il parle très très fort (ben ouai, il s’entend pas).

Maintenant je te laisse, y’a les Experts sur TF1.

Et demain, y’a école.

Je te laisse avec le plus beau joli morceau de l’univers pour un dimanche soir.

Publicités

11 réponses à “10 heures et 33 boîtes de cookies plus tard.

  1. Oh boy, Stacey Kent! Je vais pouvoir me refaire une session musicale ce soir, tiens. Par contre, je suis juste amoureuse (si si) de Louis Armstrong, donc rien ne peut remplacer sa version originale à mes oreilles conservatrices…
    Et en tant qu’étudiante en médecine qui se respecte, je souffre de goodies-hunties, et le contenu de ma trousse est sponsorisé par les marques pharmaceutiques. J’ai tellement honte.

    • Ben moi c’est ça pour Stacey Kent. Je lui voue un culte. J’aime tellement la façon qu’elle a de la reprendre, bien plus légère, moins solennelle… comme elle de toute façon.

      Pour ce qui est du goodies-huntizme, ça peut arriver à tout le monde hein. Moi même, mais dans ce cas-là, je fais un brin l’effort de m’intéresser à ce que dise les gens quoi…

    • Ah mais non. Tu devrais nous voir. On fait des raids de vols de stylos sur les stands sans même regarder l’hôtesse. Je me console en disant que les pharmas sont des pourris et que je serai punie en prescrivant les médicaments dont j’aurais le nom en tête, lobotomisée que je serais par de vulgaires stylos.
      Et sinon, Stacey Kent, j’aime d’amour hein, c’est juste que Louis, ben c’est Louis quoi (désolée pour l’argumentation pour le moins inexistante, je suis très mauvaise à ça).

  2. en te lisant j’avais l’impression de lire un post de ma chulie là 🙂
    merci pour le morceau choisi, j’ai acheté son dernier album où elle ne chante qu’en français c’est du miel !! http://www.staceykent.fr/biographie
    en plus je trouve qu’elle se ressemble toutes les deux (ma douce et stacey) tu trouves pas ???

    • Oh ben c’est gentil ça !
      Ma chanson préférée d’elle, c’est Ice Hotel.

      J’aime bien ce qui se dégage de ce morceau, en plus, elle le reprend de 12 façons différentes à chaque fois. J’aime terriblement ce qu’elle fait.

      • ton lien est foireux (chez moi) alors j’ai trouvé celui là qui est super aussi !!

        j’espère avoir la chance de la voir en spectacle un jour, c’est un petit lutin enchanteur!!

    • Y’en avait partout, mais elles étaient tout sauf chimiques.
      Avec meme des urinoirs en plastique en plein air. T’aurais adoré la glamouritude de l’objet.

      Pis Stacey, bah Stacey quoi…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s