La saison des pluies.

Et puis il y aurait la pluie.

Parce qu’on est Octobre en Mai. Parce que comme si tout n’était pas déjà assez pluvieux, il fallait en plus que le ciel s’y mette. Ça doit être le mois. Le mois des actes manqués. Je suis retombé ce matin sur un morceau que je n’avais pas écouté depuis cinq ou six ans. Le genre de morceau qu’on écoute 350 fois en 4 jours, et qu’on oublie immédiatement, le temps d’y accrocher quelques souvenirs bien trop acides pour que l’on veuille vraiment s’en rappeler.

Je suis retombé ce matin sur un morceau, un morceau à tiroirs dont on prend le temps d’investir chaque notes d’une image propre. De ces morceaux qui sont boîtes de Pandore, des avalanches de quatre minutes, des éboulements.

On dit souvent qu’on associe les gens à leur parfum. La musique, c’est pareil avec le temps. Un parfum, c’est comme une grosse valise bourrée de souvenirs, de rencontres, d’atmosphères et de paysages. La musique, c’est pareil. Une bouffée d’air frais ou une bourrasque amère. J’aime la musique à cause de ça. À cause de cette capacité à réinvestir l’espace et à transformer les lieux communs. J’aime la musique parce qu’elle lance des appels au secours, parce qu’elle parle à nos places avec des mots qu’on ne comprend pas.

Ce matin, je suis tombé sur un briseur de carapace. Un morceau clé. Un passe-muraille.

Si la pluie faisait du bruit, à 16 ans, sur la mer, un été. Elle ferait sûrement quelque chose comme ça.

18 – Moby by heq

Publicités

21 réponses à “La saison des pluies.

  1. J’aime vraiment la tonalité nostalgique de tes posts. Celui-ci plus encore… Il appelle des sensations enfouies, des désirs de musiques oubliées, des petits morceaux de temps révolus. Merci.

  2. Cela fait la troisième fois Henri.
    La troisième fois que tu fais un billet sur un morceau d’un disque que j’ai, et que je n’ai pas écouté depuis longtemps.
    Je crois que j’ai la nostalgie des jukeboxs (sauf que dans le cas présent, pas besoin de pièce pour lancer le système).

  3. Pingback: Une rose pour toi. « Les Herbes pas si Folles·

  4. « J’aime la musique parce qu’elle lance des appels au secours, parce qu’elle parle à nos places avec des mots qu’on ne comprend pas. »

    Mais tellement! (auto(c)left )

    C’est drôle, car hier soir justement, je parlais plus ou moins de ça avec une amie. Du lien que je garde avec certaines personnes par le biais de la musique.
    Tellement plus intense, tellement plus intime qu’un « quoi de neuf? qu’est ce que tu deviens.  »

    c’est un peu ça l’amour finalement.

  5. surement aucun rapport mais c’est surement à cause de la fameuse boite de pandore me voilà avec l’envie d’écouter la BO du grand bleu 🙂
    merci pour ton post et ce sublime morceau de musique, j’adore le piano.

  6. La pluie peut déprimer, moi elle me rend parfois nostalgique de mon adolescence, quand ma chambre était sous le toit et qu’elle me berçait souvent en tombant la nuit.

    J’aime bien aussi réécouter de vieux morceaux, que l’on associe toujours à des moments précis de notre vie. Il paraitrait que la mémoire auditive est la plus persistante. On le vérifie tous les jours.

    Bonne route à toi.

  7. Pingback: La réciproque des pôles. « Route de nuit…·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s