Une route de nuit en 7 escales.

Bon apparemment, Diego m’a demandé de répondre à quelques questions concernant ma façon de voir le bloguisme. Ce sera pour toi l’occasion de cerner un peu plus mon personnage, les conditions dans lesquelles j’écris, pourquoi, comment, tout ça. Donc je vais te livrer ma vision de la route de nuit en 7 étapes.

– Magnifique photo prise chez Stefan Loeligler

Question 1 : Qu’est-ce qui vous inspire : des lectures, des situations de la vie quotidienne ?

Tout et rien. Je ne lis plus beaucoup depuis que je suis parti, je ne prends plus vraiment le temps… j’espère pouvoir rectifier le tir dans les mois qui viennent. Qu’est-ce qui m’inspire ? Je dessine beaucoup de textes quand je suis dans le métro parce que j’y passe du temps. Je chope des phrases au vol et je me dis pourquoi pas. Je regarde beaucoup les gens, leurs visages, leurs expressions. Je suis quelqu’un de plutôt observateur, je n’oublie jamais un visage. De ce point de vue là, ma mémoire enregistre les choses toute seule. Je m’inspire de tout ce à quoi on ne prend pas le temps de penser, de ces moments que l’on considère sans importance. En écrivant, j’essaie de leur donner un sens. Donner du sens, c’est peut-être cela qui m’inspire.

Alors bien sûr, je suis aussi inspiré par la musique, parce qu’il y en a systématiquement dans chacun de mes billets. Pour moi, un billet sans musique est incomplet, parce que justement, la musique apporte aussi du sens au texte. Les deux sont inséparables.

Question 2 : Qu’est-ce qui déclenche l’acte ?

La musique. Je me conditionne en l’écoutant, et selon, je suis l’émotion qui s’y attache. L’énervement, l’envie, le plaisir, l’euphorie, la fatigue, la haine – le besoin de fixer dans un texte l’état d’esprit dans lequel je suis. Pour m’en souvenir ou m’en débarrasser, fixer une réflexion, ne plus y revenir.

Question 3 : A quels moments de la journée le faites-vous ? De quels endroits ?

Le soir, presque systématiquement. Entre 22h30 et 1h30. En tant que noctambule, la nuit est pour moi un moment d’exclusivité propice au retour sur moi-même. Je suis quelqu’un de solitaire. J’ai besoin de ce moment là, seul avec moi et la nuit satisfait parfaitement ce besoin. J’ai beaucoup de mal à écrire en journée, et je suis rarement content du résultat dans ces cas-là.

De quels endroits ? De ma chambre, sur mon lit, le plus souvent dans le noir.

Question 4 : Comment et où vous installez-vous ? Quel est votre environnement ?

Je serai incapable d’écrire depuis mon bureau. Je suis assis contre le mur, casque sur les oreilles.

Question 5 : Quels outils utilisez-vous pour écrire (un traitement de textes ou directement dans votre éditeur de billets ?)
J’écris directement dans mon éditeur de billets. Toujours. Parce que ça veut dire que je suis en condition pour écrire. Je ne pourrais pas démarrer un billet sur traitement de texte parce que connement, j’ai pas l’impression que ce soit l’endroit pour écrire. Si je prends un traitement de texte, ça veut dire que je suis occupé à faire autre chose. Je tiens vraiment à ces conditions d’écriture, à ma chambre, la nuit et le calme. Je ne peux rien écrire quand il y a des gens autour de moi, encore moins quand il y a du bruit.

Question 6 : Faites-vous beaucoup de recherches ? Rédigez-vous beaucoup de brouillons ou d’articles que vous ne publierez pas ?

Je fais pas mal de recherches effectivement quand je parle musique, je traine aussi bien sur les pages mySpace que celles des labels et des maisons de disques, beaucoup sur YouTube, parfois même aussi sur WikiPédia parce qu’en général, les historiques de carrière sont assez fidèles et efficacement résumés.

Pour ce qui est de mes articles de crimino, il m’arrive de passer plus de deux heures sur un seul post, parcourant aussi bien des bouquins en ligne que des enquêtes, des émissions de radio, des articles de journaux, des articles de recherche, des articles scientifiques parce qu’il est hors de question de jouer à l’alchimiste quand on parle de cela. Je préfère que l’information soit vérifiable par mon lecteur, c’est pourquoi je donne en général les liens menant aux documents desquels je me suis inspiré dans ces cas-là.

Jamais de brouillon. J’ai pas assez de patience pour cela.

Question 7 : Écrivez-vous en prenant votre temps ou avec une certaine frénésie ?

J’écris assez frénétiquement. Je ne peux pas laisser un article en pause en me disant que j’y reviendrai plus tard. Si j’abandonne un article à plus tard, ça veut dire que je ne suis pas convaincu par ce que j’écris et qu’il vaut mieux que je passe à autre chose. J’écris vraiment dans l’instant, sans me poser trop de questions. Ça vient sûrement de l’écriture automatique que j’ai un petit pratiquée auparavant qui m’a vraiment appris ce flux dans les mots, le fait de ne pas prendre de pause et de laisser faire. Alors après je corrige bien sûr, je relis mes phrases mais c’est quand même assez rare que je retouche à des pans entiers de textes.

J’écris vraiment dans un laps de temps particulier. J’accorde en général une heure par article à peu près, pas plus, sauf quand il s’agit de criminologie. J’ai besoin de voir publié le texte que j’écris, je suis incapable d’attendre. Parce que j’ai vraiment l’impression de créer quelque chose quand j’écris et si il y a bien une rare chose dans ma vie qu’il m’arrive de finir, c’est bien un article.

Allez Catnatt et McFlee, c’est votre tour.

J’en profite pour te dire que tu peux maintenant monter dans la voiture en cliquant sur www.route2nuit.fr, c’est l’adresse du nouveau garage et crois-moi, tout sera plus simple si tu passes par là.

Clin d’oeil à ma petite soeur qui prendra la route aussi, à un moment où à un autre.

Publicités

7 réponses à “Une route de nuit en 7 escales.

  1. Pingback: Les tweets qui mentionnent Une route de nuit en 7 escales. « Route de nuit… -- Topsy.com·

  2. Haaa ? Tu nous passes le relais et nous aussi ?
    C’est trop bien!!!
    Elle ne m’étonne pas ta « façon » d’écrire… Grand sensible, va ! :)))

  3. Sympa cet appel du pied mon cher Henri. Mais je suis sur Twitter… Et Twitter c’est le mal!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s