« Please be kind, rewind. »

Revenu au point de départ. Les bancs de l’amphi, écouter ce prof, reprendre des notes. Redevenir étudiant, après avoir travaillé. On pense tous à la régression. Le fait d’être revenu dans ces murs qui nous ont vus éclore, de voir que les choses n’ont pas vraiment changées et que c’est toujours autant le bordel. Les profs sont toujours là, ils ont vu défiler des dizaines de « nous », alors un de plus ou un de moins, ça doit pas faire grand chose – et ça doit même être compliqué de retrouver la motiv’ de recommencer à chaque rentrée. Mais bon, revenu quand même, avec un stock de résolutions aussi nombreuses que débiles que l’on se convainc de prendre à la rentrée parce-que-tu-comprends-c’est-maintenant-ou-jamais.

« Non, je laisserai pas mes cours s’égarer au gré du vent au quatre coins de l’appart’. »

« J’irai en cours tout le temps, même en ayant dormi 3 heures à 12 grammes. »

« Je trouverai un sujet de mémoire avant décembre, parce que ce serait pas trop con, comme idée. »

« Je reprendrai mon boulot parce-que-de-toute-façon-j’ai-pas-le-choix-mais-j’ai-un-peu-la-flemme. »

« Je replierai mon clic-clac tous les matins, tout en passant l’aspirateur une fois par semaine. »

Ad libitum.

Et revenir quand même, pour mettre les pieds dans une nouvelle vie, pour apprendre un métier, pour apprendre à rentrer dans la vraie vie des vrais gens qui paient des tiers provisionnels. Revenir pour faire le grand saut, sans revenir en arrière. C’est flippant, mais en même temps, on n’y est pas encore.

Ça fait longtemps que j’avais pas ressenti cette forme de confort. Le fait d’avoir le temps, mais pas trop, d’avoir une forme de stabilité, un appartement que je ne vais pas être obligé de quitter dans quatre mois pour partir à l’autre bout du monde, et l’immense joie de faire enfin ce que j’ai toujours rêvé de faire. En fait, je flippe. Mais c’est comme le trac, c’est là pour quelque chose. Parce que maintenant, pour regarder l’épisode suivant, il faut que je le tourne.

Il y aura toujours des passages à vide, des what the fuck, de pauvres cons. Mais il y aura du plaisir, de l’épanouissement et des rencontres. Et vaudrait mieux, parce que tel que c’est parti, y’en a au moins pour quarante ans.

Deux secondes, je reprends mes repères, et on est parti.

Il reste encore de la route.

Photobucket

Publicités

8 réponses à “« Please be kind, rewind. »

  1. comme je t’envie. Tu n’as pas idée.
    Temps et stabilité. Mes désirs les plus chers.
    Profites-en, car bientôt ça sera la course et tu ne sauras pas reprendre ta respiration.

  2. Je crois que je peux déjà imaginer le retour et ce que tu es en train de décrire 🙂 (mais cette fois, j’ai vraiment l’impression que je te pique ton style, ton phrasé dans mes articles… bah voilà! J’avais peur d’écrire après avoir suivi le conte de tes péripéties pendant 1 an, et maintenant que je m’y suis mise, je fais dans le mimétisme! ^^ ) J’aime beaucoup l’article en tout cas!

  3. Oui, il reste encore de la route. Mais j’ai l’impression que tu n’es pas sur cette route par hasard et qu’une sacrée envie de rouler te démange. Alors fonce !
    (je t’envie un peu…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s