The old School trick.

Quand il pleut, j’écoute Supertramp.

Quand j’habitais encore chez mes parents, on ne parlait presque jamais de musique. Parce qu’on n’en écoutait pas vraiment. Et pourtant, quand les rares occasions se présentaient, c’est toujours le même nom qui revenait : Supertramp. J’ai mis longtemps à aller voir à quoi ça ressemblait, Supertramp. Parce que pour moi, c’était un truc de vieux (et que j’étais sans doute beaucoup trop occupé à écouter Michel Sardou)(oui, je sais). Enfin, y’avait aussi Led Zeppelin, que j’avais certainement rangé dans la même case. Jusqu’à ce soir de décembre en Allemagne à Berlin, coincé dans un bus scolaire à cause d’un chauffeur qui n’arrivait pas à nous ramener à l’auberge de jeunesse rapport à ce que l’alcool-c’est-le-mal.

Il pleuvait comme la Bretagne n’en verra jamais, il faisait froid et le fameux chauffeur avait décidé de couper le chauffage. C’était soit le chauffage, soit la sono du bus. Il a choisi la sono. Bon, avec le recul, j’ai compris. Si il avait choisi le chauffage, il se serait endormi sur le périph’ et je ne serais certainement pas là pour en parler. Néanmoins, quand il a pris le micro pour nous dire qu’à partir de maintenant, il allait passer le Best-of Led Zeppelin et qu’il exigeait le silence, et que si-il-fait-4-degrés-c’est-pas-grave-on-n’est-pas-en-sucre, on l’a pas trop bien vécu.

Je t’explique.

On venait de passer trois heures trente dans un camp de concentration, avec salle de « médecine », cachots, cellules – alors quand le chauffeur que s’appelorio Dominique nous a dit que le premier morceau qu’il allait passer s’appelait Stairway to Heaven, on s’est juste demandé si il se foutait pas un peu de notre gueule rapport à ce qu’on était déjà tous en trauma psychologique de stade 3. Alors on a fait en sorte d’avoir chaud, dépliant les manteaux pour les mettre en couverture, ressortant les écharpes et les gants, et le morceau est arrivé. Et là, grosse claque. C’était donc ça, Led Zeppelin ?! Tiens, on dirait que Papa avait raison. Frissons, yeux qui brillent, ça devait sûrement être des séquelles du contexte, le besoin d’évacuer le morbide des heures précédentes… et pourtant, ça venait d’ailleurs. Je parlais déjà l’anglais à l’époque, les paroles m’ont un peu sauté à la gorge. Y’avait tout dedans. La naïveté, l’espoir, l’abandon, la violence. Ça duré presque deux heures avant que l’on regagne l’auberge. Deux des heures les plus musicamenteuses de ma courte vie à l’époque.

Alors en rentrant, j’ai cherché à quoi ça ressemblait, Supertramp. Et je suis tombé là-dessus:

Enfin, je suis pas tombé dessus tout de suite. Parce que tout minot que j’étais, j’étais pas vraiment une bombasse en orthographe de groupes de rock super hype des années 70. Donc j’ai un peu galéré avant de trouver. Pour tout dire, j’ai mis un peu de temps à comprendre que Supertramp, c’était pas un groupe de musiciens humides qui s’appellerait Super-Trempe.

La voix de Hodgson m’a immédiatement scotché, tout comme l’harmonica, tout comme la basse, tout comme la guitare, tout comme la batterie. C’était quelque chose d’évident, de doux et de violent. Mais ce dont je me souviens le plus, c’est la structure de ce morceau, le crescendo, le rythme qui finit par te happer, comme une respiration haletante quasi-étouffante. Inutile de dire que je vais encore souvent à l’école au son de ce morceau, ne serait-ce que pour ce premier couplet qui est devenu anthologique.

I can see you in the morning when you go to School
Dont forget your books, you know you’ve got to learn the golden rule,
The teacher tells you stop your play and get on with your work
And be like Johnnie – too-good, well dont you know he never shirks
– he’s coming along!

Enfin bref. Maintenant, comme un réflexe, quand il pleut, j’écoute Supertramp.
Photobucket

Publicités

12 réponses à “The old School trick.

  1. Je me rappelle très distinctement la première fois que j’ai écouté « stairway to heaven », je me souviens à quel point cela m’avait choqué, je comprends parfaitement (surtout vu le contexte).
    Je vais aller découvrir Supertramp.

    (putain mais sardou quoi, quand tu balances sur toi, tu le fais pas à moitié.)

  2. ah mes premiers slows sur Stairway to Heaven ! un peu le rêve, étant donné la longueur du morceau … et c’est cool quand les jeunes ils aiment les musiques de vieux … J’avoue avoir écouté 1 million de fois Breakfast in America à sa sortie …

  3. Omg mon Poulet. MAIS OMG!
    Michel f****ing Sardou??!
    ‘ffectivement, tu balances pas à moitié.
    Oo’ #trauma

    • Ouai je sais.
      Y’avait ça et Alain Souchon.
      Bon après, je suis un être merveilleux hein, mais bon. C’est le produit de flux historiques complexes.

      • Moi aussi quand j’étais petit j’aimais bien Sardou. J’avais l’impression que c’était un rebelle, avec ses cheveux longs.

        Par contre, ne mets pas Souchon dans le même sac. Lui, je l’ai aimé nettement plus tard. Et j’aime toujours autant « ultra moderne solitude » ou « dandy ».

      • Je suis bien d’accord, je les mets pas dans le même sac.
        Je dis juste que je les ai découvert au même moment.
        Souchon n’a rien à voir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s