W.I.P. – Work In Progress.

Oui je sais. C’est un peu vide et silencieux par ici en ce moment. Bon, le fait est que je dois me rendre à l’évidence, il se passe pas grand chose de fascinant dans ma vie en ce moment pour que ça fasse l’objet d’un papier qui sera à la hauteur de ton café de sept heures du mat’.

Je pourrais te raconter mes premières interviews radio et te dire que je frétille de plaisir rien que d’y penser tellement je suis en train de me découvrir une passion pour le montage audio. Je pourrais aussi te dire que « Ahaha, c’est trop drôle, en cours d’informatique, j’apprends à monter un blog sous WordPress » – que t’aurais l’impression que c’est de l’humour, alors que pas du tout. Je pourrais finalement te dire que ma prof de webjournalisme ne sait pas ce que c’est qu’un flux RSS et que par conséquent, je me demande si elle devrait pas revoir un peu son projet professionnel.

Alors non, je crache pas dans la soupe loin de là, parce que ça fait longtemps que je me suis pas senti aussi bien en allant en cours. Je vais enfin à l’école pour apprendre des choses qui vont concrètement me servir plus tard (bon soyons honnête, j’ai toujours des cours de socio avec des mots à 140 syllabes)(mais on se refait pas). Et ça, ça n’a pas de prix rapport à ce que ça fait quatre ans que je vais en cours pour avaler des pages qui ont été pondues par des universitaires souvent bien autosatisfaits sans que ça me paraisse d’une utilité transcendantale en terme de « comment vais-je payer le loyer plus tard? ».

On dirait donc qu’on en voit le bout, et que c’en sera bientôt fini des études. Figure-toi que j’aime bien l’idée. Je sais pas, je suis bourré de rêves et d’idéaux. C’est dingue parce que j’avais plus l’habitude. Comme l’impression d’avoir mis les pieds dans un environnement tout neuf ou que l’éventail des possibles s’élargit un peu tous les jours. J’ai l’impression d’avoir pris la bonne route, et ça, c’est quand même un brin jouissif – de plus avoir de doutes.

La prochaine étape, ça va être d’apprendre tout ce qui me manque de pratique, de compétences techniques et d’avoir les instruments nécessaires pour pouvoir faire des projets pas trop cons et réfléchir en grand.

Youhou.

Je dirais.

Crédits photo: Synecdoche

Photobucket

Publicités

3 réponses à “W.I.P. – Work In Progress.

  1. Je confirme que c’est excellent de ne plus avoir de doutes.

    Personnellement, le doute, c’est ce qui m’a bouffé entre environs l’âge de 14 et celui de 25 ans.

    Le doute de « qu’est ce que je vais faire », le doute de « est ce que je vais être chomeur ou bien m’en sortir » et aussi, plus compliqué, le doute de « qui je suis et qui je vais être ».

    C’est pour cela que je ne regrette pas du tout cette époque. Je me sens bien mieux depuis que je bosse, que je paye un loyer, même si cela a signifié dans un premier temps une diminution du niveau de vie.

    Je pense que tu arrives bientôt à ce stade, tu vas vraiment construire ta vie, faire des choix, et c’est cela auquel tu aspires !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s