Nicolas Comment – Nous Étions Dieu (Kwaidan/Discograph) 2010

Nicolas Comment a toujours été passionné par la musique mais c’est d’abord grâce à l’image qu’il s’est fait un nom. Photographe de métier, c’est coincé dans l’aéroport de Berlin qu’il décide de franchir le pas : celui de faire de la musique et d’écrire des chansons. Chance, Rodolphe Burger lui prête les clés de son studio et c’est en quinze jours qu’il compose un premier livre-album, produit à l’époque par Jean-Louis Piérot, à qui l’on doit déjà Daho, Miossec et quelques autres. L’objet ne sera vendu que dans les librairies.

Une autre rencontre capitale dans la vie de l’artiste, c’est celle de Marc Collin, un des deux producteurs de Nouvelle Vague, qui va lui proposer de travailler sur un de ses projets en cours avec Helena Noguerra. L’alchimie fonctionne au point que Marc Collin s’attaquera un mois plus tard au premier véritable album de Nicolas Comment.

Nicolas Comment est photographe, et ça s’entend. À la manière de peu d’autres avant lui, il installe une atmosphère semi-crépusculaire, pleine d’images, d’objets et de situations que l’on n’observerait que dans ces vieux films des années 60. Marc Collin n’y est évidemment pas pour rien, il avance des synthés, des voix et des rythmiques qui ne sont pas sans rappeler les grandes heures de Manset ou de Bashung.  Les morceaux sont arrangés de sorte que sobriété se mêle parfaitement avec intensité. On voudrait presque même voir arriver Mélanie Pain, dans une longue robe blanche spectrale. Mélanie Pain qui jouerait parfaitement le rôle de cette reine des songes, à la peau aigre-tendre.

On pourrait penser à cette série d’artistes qui se revendiquent sans cesse de l’héritage lynchéen, désinvolte et insolent de l’oeuvre des Gainsbourg,  Simon et autres Darc – et se dire que c’est trop facile, que la recette est épuisée, que les palais sont lassés. Pourtant, la force de cet album, c’est justement de ne pas faire de ces influences quelque chose de pesant. Nous Étions Dieu est un disque aux sonorités lunaires, qui propose quelque chose de neuf, de fin et de subtil dans un paysage musical lourdement jalonné historiquement parlant. Cette capacité à construire un scénario, raconter une histoire et la mettre en scène est des plus plaisantes aujourd’hui.

Nicolas Comment a écrit un film comme on en voit trop peu au cinéma français. Sombre, insolent, crédible et captivant.

Publicités

5 réponses à “Nicolas Comment – Nous Étions Dieu (Kwaidan/Discograph) 2010

  1. C’est soporifique. Je comprends pourquoi l’insomniaque du dessus aime bien et pourquoi Malice a envie de peindre.. Rien ne me retient dans cette musique-là. C’est du réchauffé. Ca ne mérite pas le détour

    • C’est ton point de vue. Mais ce n’est pas parce que « rien ne te retient » que ça ne vaut pas le détour.
      Ou alors, tu es bien prétentieux.

  2. Pingback: Tribute à Buzy pour octobre 2011 « - Route de nuit -·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s